Actions d'accompagnement

L’accompagnement de ménages en grande difficulté par des bénévoles

Solidarités Nouvelles pour le LogementSolidarités Nouvelles pour le Logement agit depuis 25 ans en Île-de-France pour que les personnes les plus fragiles puissent accéder à un logement et s’y maintenir. Les bénévoles, constitués en groupes locaux et soutenus par des professionnels, collectent des fonds, créent des logements et tissent des liens de proximité avec les locataires pour soutenir leur insertion.

L’objectif est que ces locataires bénéficient ensuite, après deux à quatre ans, d’un logement social de droit commun. Les bénévoles déterminent avec la personne ou le ménage qui accède au logement d’insertion le rythme des rencontres, permettant d’évoquer l’ensemble des questions liées à l’occupation du logement. Ces rencontres sont parfois l’occasion d’apprendre ou de réapprendre à habiter. Au-delà, dans le respect de la liberté de chacun, elles sont une invitation à aller à la rencontre de l’autre, à créer des liens, voire à s’engager à son tour. Elles aident à rompre l’isolement.

Une approche intégrée au service de la personne logée et accompagnée

Au service de la personne logée et accompagnéeCréé en 1970 sous l’impulsion de la municipalité de Grenoble et de militants associatifs et syndicaux, l’ODTI (Observatoire des discriminations et des territoires interculturels) a pour objectif d’accueillir des travailleurs issus de l’immigration dans un contexte d’exploitation par le logement insalubre et le travail. L’association s’est alors donné trois missions : aider et informer les personnes sur leurs droits sociaux et droits spécifiques, proposer une solution de logement ou d’hébergement, prévenir les situations de discrimination. L’ODTI expérimente ce qui peu à peu deviendra son mode d’intervention privilégié, l’approche intégrée par la mise en œuvre cohérente de différents services (logement, social, juridique, formation interculturelle, santé…). Chaque personne accueillie, en fonction des problèmes qu’elle rencontre, peut ainsi trouver dans cette organisation les compétences “hybridées” qu’elle est en droit d’espérer.

Le traitement des copropriétés en difficultés

Le Pact du Rhône s’est donné comme objectifs : combattre le mal-logement et la précarité énergétique des plus modestes, adapter l’habitat aux besoins et aux usages, œuvrer pour le droit au logement pour tous, développer la prise en compte des enjeux environnementaux et énergétiques, et améliorer les conditions de vie dans les copropriétés en difficulté. Ce dernier point concerne fortement les collectivités locales, qui doivent faire face à trois enjeux majeurs : le maintien du rôle essentiel de ce parc dans les marchés immobiliers locaux (primo-accession, parc locatif abordable), la contribution de ces ensembles immobiliers au renouvellement urbain, la participation de ce parc à la démarche de développement durable.

Les acteurs disposent aujourd’hui d’outils de traitement des copropriétés permettant l’amélioration de l’habitat ou l’éradication de l’habitat indigne. Ces outils sont efficaces sur le parc privé en difficulté, ancien ou récent, en prévention, en accompagnement du redressement, ou en traitement de difficultés lourdes.

L’accompagnement des copropriétaires impécunieux

Copropriétaires impécunieuxLa copropriété, explique le Pact 75/92/95, est susceptible de devenir un “parc social de fait”. En zone tendue, elle accueille des ménages modestes, souvent âgés, des locataires victimes de propriétaires peu scrupuleux et parfois des ménages trop pauvres pour accéder au logement social. Devenus propriétaires par défaut, dans des ensembles parfois déjà en difficulté, ces primo-accédants n’ont ni la connaissance des responsabilités inhérentes à ce statut ni les moyens financiers de contribuer à l’entretien des parties collectives.
La détérioration des copropriétés et la paupérisation de leurs occupants obéissent à un cycle.

Les facteurs financiers (défaut de gestion, accumulation des impayés…) enclenchent le cycle de l’endettement. Les facteurs socio-économiques conduisent au défaut de paiement des charges et font entrer les copropriétaires dans uncycle de désinvestissement. Les facteurs techniques (manque d’entretien, travaux inappropriés, mauvaise conception des bâtiments…) et l’usage non approprié, dont la sur-occupation, accélèrent la dégradation des logements et du cadre de vie.

L’accès aux droits, un outil de lutte contre les inégalités sociales liées à l'habitat

L'accès aux droitsL’émiettement des acteurs de l’action sociale, de l’hébergement et du logement rend nécessaire leur rapprochement avec les ménages en difficulté. Pour l’Alpil, sans garantie d’un accès à l’information et au droit, il n’existerait pas d’égalité devant la loi ni dans l’application des droits civils, politiques, sociaux qui en découlent.

Les lieux d’accueil et d’informations-conseils, situés en dehors des dispositifs et déconnectés des lieux d’instruction de la demande, constituent une interface indispensable entre l’institutionnel, le réglementaire, la prévention et l’expression des besoins de la personne. Ils permettent une égalité de traitement dans l’accueil de situations diversifiées, l’explicitation de l’environnement et des leviers mobilisables. Ils utilisent des formes variées : temps collectifs (ateliers Dalo, “connaissance du parc social”…), accompagnement individuel ponctuel ou plus durable, accompagnement sociojuridique face aux situations d’urgence (expulsions locatives, préparation d’une audience judiciaire), préparation du dossier, intervention auprès d’une commission d’attribution de logement social…

S'abonner à RSS - Actions d'accompagnement